AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

n i c o ▪ don't you know people write songs about girls like you?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
would it really kill you if we kissed?
avatar

MESSAGES : 76
WITH US SINCE : 15/01/2016
ART IS BY : jukebox joints (avatar)
IRL NAME : nina
MULTI ACCOUNTS : kora


GAME ON
VILLE NATALE : nyc
JOB : high school student
CARNET DE RELATIONS :

MessageSujet: n i c o ▪ don't you know people write songs about girls like you? Lun 13 Juin - 23:33

Nicola Steadworth
ft. taylor marie hill
» prénom(s) et nom de famille : nicola georgia rafaella ross-steadworth » nom d'usage : georgia steadworth » surnom et/ou pseudonyme : nico, beauté. » origines : italiennes et américaines. » date et lieu de naissance : 24 avril 1992, vingt-quatre ans (taurus). » statut matrimonial : désabusée » orientation sexuelle : hétérosexuelle » statut monétaire : très riche » travail/occupation : jet setteuse » patronus et épouvantard : trouver l'amour, l'abandon » don ou spécificité : aucun  » groupe ou maison : slytherin

god bless america (& its citizens)
ce qu'il faut savoir sur ton personnage


» nicola est riche. tout le monde le sait. rien qu'à la voir venir en marchant comme elle le fait, on l'a sent transpirer l'opulence et les billets verts. dior, hypnotic poison s'il vous plaît. pour faire envoûtante et mystérieuse. sans oublier son manteau en fourrure noire signature. nicola fait partie de l’élite hollywoodienne depuis aussi longtemps qu'elle s'en souvienne et elle a toujours eut le luxe de croire que le monde entier lui appartenait. ses parents l'ont longtemps surprotégé, lui laissant croire que peu de personnes dans l'univers extérieur la méritaient. et que de toute façon, nicola, elle n'appartenait pas à l’extérieur, elle appartenait à ce monde là. ce monde où elle a vécu dans sa grande maison blanche sur holmby hills à LA, sans jamais manquer de rien, sans jamais se douter qu'il y avait quelque chose au-delà des collines vertes de sa ville natale. quelque chose de bien moins élégant et de beaucoup plus glauque qui se tramait chez ceux qui n'ont jamais eut assez d'argent pour boucher ni les débuts, ni les fins de mois. là où le mieux est de se cacher derrière ses semblables pour faire semblant que tout va pour le mieux et qu'il n'y a pas de famine dans le monde et que par-dessus tout, elle n'a pas à culpabiliser d'avoir acheter la dernière montre en vogue qui coûte trois fois le salaire moyen d'un cadre modeste. et puis au diable l'ambition, ce qu'elle veut elle, c'est mener tranquillement sa petite vie de jet-setteuse de luxe. peut-être même un jour créer sa ligne de vêtements qu'elle n'aura pas dessiné ou figurer à la tête de sa propre télé-réalité. y'a toujours des solutions pour les gosses de riche. alors ça va, elle ne s'inquiète pas, sourit rarement pour garder son aura de mystère et claque tout le fric qu'elle reçoit pour s'ennuyer un peu moins.

» fêtarde, mais seulement dans le sens où elle apprécie les fêtes. parce que se saouler à mort pour ensuite dégueuler sur le premier tapis, c'est pas trop son truc, non. elle préfère boire doucement, regarder les autres, boire encore, danser un peu et puis rentrer chez elle avant que tout ne commence à dégénérer. parce que nicola, elle tient quand même un peu à se préserver. et à préserver cette image dorée qu'ont encore ces parents d'elle qui fait qu'elle est encore leur petite princesse adorée. nicola, elle croit vraiment que ses parents ont tout fait pour elle et elle fait de son mieux à son tour pour leur rendre la pareille. alors elle ne fume pas, ne se drogue pas, boit peu et est encore vierge. elle aurait pu être sainte si elle n'était pas riche. mais les riches sont tous salit un jour ou l'autre par l'argent qui les engloutit. et nicola, malgré tout ses efforts, ne fera certainement pas l'exception. entre temps, elle joue son rôle irréprochable de petite riche qui méprise toutes les personnes à une classe en dessous d'elle. pas parce qu'elle est mauvaise, seulement parce que c'est ce que tout le monde fait. alors elle suit la vague, sans trop se poser la question. en associant, le beau au bon et le moche au méchant.

» quand nicola commence à jouer du piano de ses petits doigts de fée, elle donne l'impression que le monde s'est arrêté de tourner. elle vous transporte dans ses notes qui vous entourent tel un tourbillon, afin que le silence se fasse autour de vous et que vous n'écoutiez rien d'autre que sa mélodie. un son qui prend vie quand elle se met à frapper tantôt avec frénésie, tantôt avec douceur, les touches blanches et noirs de ses doits fins et longs. pourtant en la regardant faire avec son air absent et mélancolique, on jurerait que ce n'est pas elle qui joue du piano. tant de passion ne pourrait pas sortir d'un corps si frêle, qui ne sourit presque jamais. on la dira cynique, désabusée mais c'est tout sauf la vérité. nicola est juste perdue. petite fille paumée dans un monde plus grand qu'elle, qui est aussi naïve qu'elle n'est riche. elle ment souvent, danse rarement, fait tourner les têtes tout le temps, sans qu'elle ne comprenne pourquoi.

» riche, superficielle, matérialiste, solitaire, introvertie, froide, méfiante, désintéressée, ennuyante, vide, bornée, cynique.


who plays the part ?
ce qu'il faut savoir sur toi


» Prénom : nina
» Pseudo : cosima
» Âge : dix-neuf ans
» Scénario ou personnage inventé : inventé babe
» Des multicomptes ? non
» Impression sur le forum : c'est mon bébé  
» Crédits : tumblr
» Le mot de la fin :   bitches be crazy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
would it really kill you if we kissed?
avatar

MESSAGES : 76
WITH US SINCE : 15/01/2016
ART IS BY : jukebox joints (avatar)
IRL NAME : nina
MULTI ACCOUNTS : kora


GAME ON
VILLE NATALE : nyc
JOB : high school student
CARNET DE RELATIONS :

MessageSujet: Re: n i c o ▪ don't you know people write songs about girls like you? Lun 13 Juin - 23:40

public knowledge
mise en situation rp


things we lost in the fire.

(dignity) Nicola avait réellement cru lors de sa candide enfance, que toute son existence à venir se déroulera de la même sorte. En donc, entre-autre, dans sa vision des choses, rien de possible ne pouvait venir mettre terme à son bonheur qui se résumait en trois choses. L'amour de papa. Les caprices du dimanche. Et toujours être la préférée de tout le monde. Seulement et avec le temps, elle s'en lassa et ne trouva plus rien d'autre dans sa vie que du vide qu'elle devait remplir par n’importe quel moyen. Surtout à son entrée au collège où sa soeur qui était son aînée d'un an, avait déjà marqué son territoire, au grand malheur de Nicola. Car en effet, si tout le monde avait la fâcheuse habitude de toujours contourner le sujet quand il s'agissait de Miranda Ross-Steadworth, ce n'était pas sans raisons. La première fille de William et Tessa était en effet, un cadeau venimeux du ciel. Envoyé très certainement par les dieux en punitions de tout les vices qu'avait commit William Steadworth depuis la petite maternelle. Que ce soit en volant le goûter de ses camardes du bac à sable, ou en volant les plus grandes banques d'Amérique. En tout cas, Miranda n'avait rien d'une petite fille normale et ce depuis toujours. Ne parlons pas du fait qu'elle était quelque peu défigurée au niveau du nez, car si ce n'était qu'une simple malformation de naissance, une famille aussi riche que les Ross-Steadworth auraient très bien pu régler la situation en un clin d'oeil. Mais Miranda était née, ou bien avait-elle eut avec le temps, ce caractère de vierge effarouchée, folle et cruelle envers tout ce qui l'entourait de façon à ce que tout ceux qui la connaissaient éprouvaient une profonde répulsion pour la demoiselle; et ce que ce soit sa propre famille, les amis de sa famille, ou toutes les personnes qui l'entouraient en général. Et c'est de cette façon que Nicola reçut tout l'amour et l'affection de toutes les personnes qui la rencontraient (que ce soit en même temps que sa soeur ou non). Néanmoins, à l'époque de sa rentrée au collège, ce fut l'enfer dès le premier jour. Nicola fut considérée directement comme étant "la soeur de la folle". La folle étant Miranda qui était déjà dans ce collège privée de Los Angeles depuis une année déjà et qui était très habituée aux moqueries quotidiennes de ses camarades. Mais ce fut différent pour sa cadette, qui elle, était toujours sous les feux des projecteurs et qui était tout le temps considérée comme étant la plus belle, et qui recevait toujours tout ce qu'elle désirait. Qu'on l'harcèle et qu'on se moque d'elle de cette façon aussi cruelle fut donc tout nouveau pour la petite fille qui espérait beaucoup trop de ces années au collège. Et bien qu'elle eut essayé de se défendre au début, elle finit par laisser tomber. Décidant qu'elle devrait s'y faire jusqu'à ce qu'elle change d'école, parce que elle n'allait clairement pas se confier à sa mère - avec qui elle était depuis toujours en froid. Ni à son père - de peur de perdre l'amour qu'il avait pour elle. La honte qu'elle éprouvait pour tout ce qu'elle était en train de vivre la poussa donc à agir comme on le lui avait apprit : faire semblant. Elle ravalait chaque jour sa dignité, se trimbalait jusqu'en cours, puis revenait à la maison et racontait lors du repas familial la magnifique journée qu'elle passa avec ses meilleurs amies, (qui n'existaient d'ailleurs pas), bénissant le fait que Miranda s'enferme toujours dans sa chambre, et bénissant aussi le fait que ses parents ne soient pratiquement jamais à la maison - et donc, qui ne demandaient jamais pourquoi "ses amies" ne venaient pas à la maison. Puisque dans la versions des faits de Nicola, elles venaient tout le temps. Et finalement, au fur et à mesure des années, elle finit par s'y faire, bien qu'elle en devenu profondément mélancolique car elle croyait qu'il n'y avait plus d'espoir pour rien et que toute sa vie se résumait à un échec à cause de cette grande soeur qui la devancerait toujours et donnerai une mauvaise image d'elle. (family) Puis quelque chose se produisit. Un miracle sans doute, ou une tragédie. Cela dépendait des points de vues de chacun. Nicola quant à elle, était mitigée entre les deux. Parce qu'au suicide de sa soeur. Elle ne savait pas si elle devait se réjouir parce qu'elle pourrait enfin être elle. Ou si elle devait la maudire parce que tout le monde désormais se souviendra d'elle comme étant" la soeur de la folle qui s'est suicidé". En tout cas, lors d'un grisâtre après-midi du mois de décembre. Miranda sauta. Oui. Elle sauta tout simplement, aussi légère qu'une plume, avec une facilité et une élégance impressionnante pour une personne qui était sur le point de se donner la mort. Ce fut ce qui se raconta partout même des mois après son enterrement. On raconta que la jeune Ross-Steadworth agit sur le coup de façon spontanée, même si elle avait autour d'elle tout le matin qui précédait, cette sorte d'aura confiante et sereine qui ne s'était jamais dessinée sur ses traits auparavant. Et que toutes les personnes présentes autour d'elle avaient silencieusement pensé que Miranda avait peut-être enfin retrouvé la raison. Personne n'aurait douté ne serait-ce qu'un millième de seconde en la possibilité d'une mort soudaine ce jour-là. Mort, qui finalement ne fut pas si surprenante que ça, car pour une fois cette décision avait été mûrement réfléchie et soigneusement planifiée et ce jusqu'au moindre détails. Et ce sentiment de soulagement qui se dessina sur le visage de l'adolescente sous la forme d'un sourire fin que portent les âmes les plus mélancoliques, il était bien là parce qu'elle savait qu'elle allait bientôt être libérée. Déblayée de tout ses souvenirs et de toutes ses souffrances elle pourrait enfin décéder pour renaître à nouveau dans un endroit meilleur. Un endroit où elle ne serait pas considérée comme une folle à lier. Des mois après l'incident, ils faisaient comme si de rien n'était. Comme si Miranda n'avait jamais existé et que c'était mieux ainsi, bien qu'ils continuèrent à poser à chaque repas un quatrième couvert à table. Mais pour le reste, ils enlevèrent tout : les photos dans les cadres, les vêtements dans la buanderie, les affaires dans le garage, ils jetèrent tout au loin, de peur de garder ce stock de biens comme un poids trop lourd à porter sur leur coeur. Et quant à sa chambre, ils ne l'approchèrent guère, ils ont tout simplement fermé à clé doublement puis ont essayé d'oublier. Mais ça n'a pas marché. Alors ils ont tout simplement fait ce qu'ils savent faire de mieux, la spécialité des Ross-Steadworth : faire semblant et feindre des sourires glacés qu'ils servent sur des plateaux argentés. (love) Puis est arrivé le temps du lycée. Nouvelle école, pas de soeurs, une image à construire. Tout était en la faveur de Nicola. Et pour combler le tout. Elle le rencontra. Caleb Hastings-Fields. Il avait le même âge qu'elle et en dépit de son caractère un peu étrange, Nicola était instantanément tombé folle amoureuse de lui et ce fut réciproque. L'affaire se régla en quelques mois à peine, que le lycée tout entier était au courant de l'amour fou que menaient les deux. Tout commençait à s'arranger dans la vie de la Ross-Steadworth. Sa soeur était morte depuis plus d'un an et l'affaire était oubliée, bien que son chagrin masqué était toujours présent. Elle était désormais aimé de tous dans un endroit où personne n'était au courant de son passé. Et par dessus tout elle avait découvert les premiers émois de l'amour. L'amour, oh l'amour. Elle ne croyait vraiment pas que ça serait autant beau et puis surtout, autant facile. Elle planait constamment sur son petit nuage rose et son faux sourire fut remplacé durant des mois par un vrai. Son rire si mélodieux résonnait partout dans les couloirs, surtout quand elle était dans ses bras. Mais tout ne pouvait pas se passer aussi facilement que ça. Oui, il y'avait toujours des mais partout dans la vie de Nicola. Et le jour où Caleb l'invita chez lui, elle se plut à imaginer naïvement qu'ils sauteraient le pas. Ah ça oui, elle en rêvait jour et nuit la Nicola, si Caleb était son premier, elle pourrait être heureuse pendant le reste de sa vie. Mais durant le laps de temps où elle s'allongea sur le lit de Caleb, tandis que celui-ci était je ne sais où à faire je ne sais quoi, elle le sentit. Cette sorte de cahier caché sous l'oreiller où elle avait déposé sa tête. Et puis la seule fois où Nicola décida de faire sa fouine, elle le regretta amèrement. Parce qu'en croyant lire des éloges à son égard dans ce qui avait l'air d'être le journal intime de son petit ami, elle tomba sur tout autre chose. Et s'eut l'effet d'une douche froide, un milliard de claques qui s’abattaient sur elle d'un seul coup. Une souffrance sans pareil. Pire que s'il l'avait trompé, pire que s'il ne l'aimait pas, pire que s'il se foutait d'elle ou que s'il fantasmait sur sa cousine. Pire que tout ce que le cerveau d'une ado de quinze ans puisse imaginer qu'il y ai de pire. Oui, pire que tout. Caleb souffrait d'un trouble de personnalité. Rien que cette phrase là, elle eut l'effet d'un milliards de lames qui se plantaient dans son coeur qui redevint après des mois, instantanément froid. Elle aurait voulu ne pas croire ce qu'elle avait lu. Revenir en arrière et ne jamais toucher à ce foutu cahier.  Mais c'était impossible et le mal était fait. Et en ce moment là, Nicola faisant sa Nicola ne put penser à autre chose qu'à sa petite personne. Caleb était d'une certaine façon comme sa soeur. L'histoire d'une certaine façon se répétait. Mais elle ne voulait pas que l'histoire se répète. Alors quand Caleb est entré dans la chambre et qu'il la vu, assise, confuse, énervée, le cahier entre les jambes. Il comprit. Et se plongea dans un mutisme sans pareil. Et Nicola, elle hurla. Elle rouspéta et hurla et chiala, et cria et l'insulta et fit tout ce qui était en son pouvoir de faire en cet instant là. Et elle aurait aimé qu'il lui dise quelque chose, n'importe quoi. Qu'il s'emporte lui aussi, qu'il hurle, qu'il la démente, qu'il se défende ou même qu'il lui frappe la tête contre le mur tout en se confiant à elle et en pleurant. Et peut-être ô grand peut-être auraient-ils pu tout arranger, se guérir mutuellement et continuer à s'aimer. Mais au lieu de ça, ils n'ont rien fait. Nicola lui a jeté tout son venin à la figure et lui il est juste resté comme ça.  Debout, les bras ballants sans bouger et sans rien dire. Et malgré tout, elle avait cru, l'espace d'un instant qu'il finirai par agir. Mais elle avait tord. Il n'a rien fait et ne lui a plus rien dit. Et c'est ainsi qu'il lui fit bouffer son silence, durant une petite éternité. Et ils ne se reparlèrent plus jamais. Ni dans les couloirs, ni dans les classes, ni dans le lycée, ni nulle part d'autre. Ils s'ignorèrent tout simplement et firent mine de ne s'être jamais connu. Et Caleb continua sa petite vie bien loin de celle de Nicola, qui elle s'amusait à jouer les garces au coeur de pierre durant toutes les années qui restèrent au lycée. Ce que d'une certaine façon, elle était devenue.


one day you're screaming you love me loud, the next day you're so cold.

Elle balance alors les regrets, gros bloques de pierre au vide, ne laisse qu'une poudre sèche d'écume salée au coin de son regard et s'en va. Elle se débarrasse de toute cette douleur inutile qui lui tord le coeur et les boyaux, puis s'envole au loin de cette amertume qui habite ses lèvres depuis une éternité. Telle une fleur fanée, elle suffoque au vent, tente de se souvenir de qui elle était mais elle ne sait plus. Alors, comme à son habitude,  elle s'habille chaque matin de la peau d'un personnage qui ne lui ressemble guère mais qu'elle joue à la perfection. Et avec les années et les performances quotidiennes, elle se rend compte que la nuit, elle ne prend plus la peine d'ôter son déguisement. Mais qui est Nicola finalement ? Rien de plus qu'un masque qu'on a trop souvent oublié d'enlever et qui s'est maintenant fendu à la chair même de son visage pour ne faire plus qu'un. Une jeune femme aux apparences soignées, un large sourire toujours plaqué sur le visage, tout le temps présente aux diverses soirées mondaines qui se donnent chez elle ou chez les autres, présente mais inaccessible, il faut avoir du cran pour lui parler à Nicola. Parce qu'elle est le genre de fille que tout le monde envie, celle à qui l'on pense le soir pour faire de beaux rêves, ou celle à qui l'on pense quand on se surprend à rêver secrètement de ce que ça se ferait d'être à sa place, d'avoir sa beauté et de vivre sa vie. Mais ça ne ferait rien. Rien du tout. Le vide complet. C'est l'effet que ça fait quand on a trop vécu. Qu'on a vu trop de choses et qu'on a tout eut à un âge beaucoup trop jeune. C'est l'effet que ça fait quand on est trop riche. Nicola, elle n'est rien. Rien d'autre que l'image qu'elle reflète pour l'autre côté du miroir. Une utopie qui permet aux autres de survivre et de se rattacher à un rêve pour ne pas sombrer. Elle n'est plus rien parce qu'elle est désabusée. Un vide permanent qui résonne en écho dans sa poitrine. Et elle continue de faire tout ce qu'on a toujours voulu qu'elle fasse : semblant. Alors elle se surpasse : elle étudie comme une dingue, fait la fête comme une dingue et rabat les autres à coups de sourires qui veulent dire que même sa vie, elle est dingue. Alors qu'en fait, tout a brûlé. Et qu'il ne reste plus que de la cendre aussi noire que la cire qui couvre son coeur. - Deux heure du matin. Lexington Club. Elle passe sa nuit à s'abrutir l'esprit avec ses sois disant amies. Robe gucci, sac dior, louboutins au pied et cocktail à la main qu'elle descend en une gorgée. Elle sait pourtant pertinemment qu'elle ne tient pas l'alcool mais elle s'en contrefiche. Elle a besoin de se saouler pour ne pas avoir à subir la connerie humaine des idiots qui l'entourent. Elle sourit aux remarques de la blonde à sa droite qui critique la pouffiasse assise à l'autre table. Sourit à s'en déchirer les lèvres et à s'en éclater les dents. Dents qui d'ailleurs sont beaucoup trop blanches pour être vraies. Mais ça aussi elle s'en contrefiche, dans son monde à elle, elle sait parfaitement bien qu'il n'y a que la superficialité qui réussit. Le reste est bon pour les autres clochards qui ont eut la malchance d'être nés dans un milieu non aisé. Loin des paillettes et des paradis artificiels qui comblent son quotidien. Ses yeux vitrés reflètent sa vraie mine et démentent ses sourires. Elle songe un instant en croisant son reflet sur le verre qu'elle tien à la main, que celui qui a dit que le regard est le miroir de l'âme n'a pas mentit. Et à en voir ses prunelles aussi vides que celles d'un fantôme, on se rend compte que son âme à elle, elle est vide, morne, lasse, livide. Elle gémit sans cesse et tente de la dévorer. Non. Il n'y a même plus rien à rassembler. Nicola connaît déjà par coeur le trajet qui va suivre. Elle va se faire draguer toute la soirée. Tout comme elle va tous les ignorer. Ses "amies" lui reprocheront d'être trop sélective. Et elle rira aux éclats, parce que dans les jardins les plus secrets qui peuplent son coeur, elle sait que c'est à demi-vrai. Mais elle n'est pas trop sélective. Elle n'en a simplement pas envie de le faire avec aucun de ces prétendants, même les plus beaux, même les plus riches. Et c'est sans doute pour ça qu'elle est toujours vierge. Mais ça personne ne doit le savoir, parce que ça risquerait de nuire à sa réputation de garce de glace. Et puis quand toutes les personnes qui l'accompagnent se seront dissipés dans les plis de la nuit, elle se lèvera à son tour. Fera mine de se laisser escorter jusqu'à sa porsche par un beau jeune homme, qu'elle laissera ensuite tomber deux kilomètres plus loin. Et enfin, finira à quatre ou cinq heures du matin, saoule et crevée, dans son lit. Se réveillera trois ou quatre heures plus tard et ira à l'université, tout en n'oubliant pas de couvrir ses cernes et de peindre son visage pour mieux jouer son rôle. Elle passera une journée à jouer son rôle de la "mystérieuse reine des glaces". Et finira sa nuit de la même façon que toutes les précédentes : mêlée entre les corps en sueurs, l'alcool à flot et la coke abondante.

Emptiness does not come from being weary of pain, but rather weary of pleasure.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
things i wanted to say but never didavatar

MESSAGES : 49
WITH US SINCE : 14/02/2016
ART IS BY : jukebox joints (avatar) tumblr (gifs)
IRL NAME : cosima


GAME ON
VILLE NATALE : beverly hills
JOB : actress/singer
CARNET DE RELATIONS :

MessageSujet: Re: n i c o ▪ don't you know people write songs about girls like you? Mar 14 Juin - 0:06

la nico internationaaaaaaale je ne sais pas si on va se trouver un lien, mais je suis super contente de revoir cte beauté
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SURVIVE OR DIE TRYINGavatar

MESSAGES : 2
WITH US SINCE : 14/06/2016
ART IS BY : mischief insane, avatar. tumblr, gifs.
IRL NAME : julia


MessageSujet: Re: n i c o ▪ don't you know people write songs about girls like you? Mar 14 Juin - 0:32

le demi-frère is in the place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
would it really kill you if we kissed?
avatar

MESSAGES : 76
WITH US SINCE : 15/01/2016
ART IS BY : jukebox joints (avatar)
IRL NAME : nina
MULTI ACCOUNTS : kora


GAME ON
VILLE NATALE : nyc
JOB : high school student
CARNET DE RELATIONS :

MessageSujet: Re: n i c o ▪ don't you know people write songs about girls like you? Mar 14 Juin - 20:40

cosima, on se trouvera bien un truc

JUJUJUJUJUJUJUUUUU TROP BIEN DE TE VOIR!!!!!!!!! MILO EST CANOON OMG

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SURVIVE OR DIE TRYINGavatar

MESSAGES : 52
WITH US SINCE : 08/02/2016
ART IS BY : brief moment of joy (avatar)
IRL NAME : seb


MessageSujet: Re: n i c o ▪ don't you know people write songs about girls like you? Mar 14 Juin - 20:44

la nicola on va se trouver un truc cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SURVIVE OR DIE TRYINGavatar

MESSAGES : 49
WITH US SINCE : 07/02/2016
ART IS BY : jukebox joints (avatar) tumblr (gifs)
IRL NAME : alice


GAME ON
VILLE NATALE : new york city
JOB : actor
CARNET DE RELATIONS :

MessageSujet: Re: n i c o ▪ don't you know people write songs about girls like you? Mar 14 Juin - 21:41

une chose à dire : YAS QUEEN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
crazy psychotic rich bitch.
avatar

MESSAGES : 30
WITH US SINCE : 23/05/2016
ART IS BY : anarchy (avatar)
IRL NAME : isla


MessageSujet: Re: n i c o ▪ don't you know people write songs about girls like you? Mar 14 Juin - 21:45

elle est trop jolie cette fille
bonne chance pour le reste de ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SURVIVE OR DIE TRYINGavatar

MESSAGES : 2
WITH US SINCE : 14/06/2016
ART IS BY : glass skin (avatar), gabriella wilde tumblr (signature)
IRL NAME : marina


MessageSujet: Re: n i c o ▪ don't you know people write songs about girls like you? Mer 15 Juin - 22:44

bienvenue chez toi, bonne chance pour la suite de ta fiche
un lien entre nous est obligé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: n i c o ▪ don't you know people write songs about girls like you?

Revenir en haut Aller en bas
n i c o ▪ don't you know people write songs about girls like you?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» [Ed. 4 - Finale] Limousin - Basse-Normandie
» Vos musiques préférés dans le rock, Metal, pop rock etc...
» F1 2010
» Aìden - Paladin Vindicte
» Touhou Paint Like ou l'art de la Stick Girl

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AMERICANA :: we are the new americana-
Sauter vers: