AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

(come on skinny heart what happened here?)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
things i wanted to say but never did

MESSAGES : 49
WITH US SINCE : 14/02/2016
ART IS BY : jukebox joints (avatar) tumblr (gifs)
IRL NAME : cosima


GAME ON
VILLE NATALE : beverly hills
JOB : actress/singer
CARNET DE RELATIONS :

MessageSujet: (come on skinny heart what happened here?) Mar 14 Juin - 1:01

rose carstairs
ft. barbara palvin
» prénom(s) et nom de famille : rosalie thalia emma carstairs » nom d'usage : rose carstairs » surnom et/ou pseudonyme : rosa, rosie, rose » origines : anglaises » date et lieu de naissance : 2 septembre 1996, virgo. » statut matrimonial : en couple avec harry rhodes. » orientation sexuelle : hétérosexuelle. » statut monétaire : middle class. » travail/occupation : étudie en deuxième année dans le domaine de l'astronomie, double cursus philosophie. » patronus et épouvantard : vivre heureuse et épanouie, voir ses proches mourir » don ou spécificité : danse classique, gentillesse » groupe ou maison : gryffindor.

god bless america (& its citizens)
ce qu'il faut savoir sur ton personnage



» Les études ont toujours eut une place considérablement grande dans la vie de Rosalie. Intelligente dès son plus jeune âge, elle a su se démarquer de ses camarades - ainsi que de sa plus jeune soeur, en ayant toujours de meilleures notes que les autres et en travaillant doublement, à l'école comme à la maison. Fille d'une professeur universitaire et d'un médecin généraliste, ses parents l'ont toujours poussé vers l'excellence, insistant (mais pas excessivement) sur sa réussite scolaire. Obtenant une mention 'très bien' à son bac S, ses résultats universitraires frôlaient les 94/100. Très habile en mathématiques, passionnée par les physiques, ses parents ont prévu pour elle un avenir tout tracé, où elle fera ses études à Berkeley pour obtenir son doctorat en astronomie afin qu'elle puisse réaliser son (leur) rêve et devenir astrophysicienne. Pourtant, en grande amoureuse de la littérature, quel soit contemporaine ou classique, Rosalie aurait aimé devenir une simple éditrice de livres, pour passer ses journées à faire ce qu'elle aime le plus : lire. Plus jeune, elle passait tout son temps à libre à lire, livres après livres, un stylo rouge à la main pour corriger quelque erreurs ou incohérences, mais sans pour autant porter de réel jugement. La petite Rosie savourait tellement ces instants de répit où elle lisait, encore et sans cesse en s'évadant bien loin de ce monde pour vivre dans un autre constitué de ses rêves et de ses espoirs, qu'elle aurait aimé en faire sa vie. Mais elle n'eut point le choix, et du se plier aux choix déjà fait par ses parents, pas parce qu'elle ne pouvait pas leur tenir tête ou de peu qu'ils se mettent en colère. Non, elle s'est tu seulement pour ne pas leur faire de peine, et souriait à chaque fois qu'elle les voyait heureux pour elle.
» Elle est simple Rosalie, ne se prend pas la tête à se juger ou à juger les autres, elle prend les vagues de la vie comme elles viennent et se laisse emporter par elles. Rosie est aussi réaliste avec un petit penchant optimiste, mais quand on la regarde, on a plus l'impression qu'elle est naïve. Pourtant elle ne l'est pas, elle voit, comprend et se tait pour prendre sur elle, parce qu'elle n'est pas rancunière pour un sou la petite Rose. Elle essaye de faire avec pour ne décevoir personne et derrière ses traits doux et son air fragile, elle est forte, très forte et ce qui pourrait passer pour du courage chez d'autre elle voit comme de la lâcheté. En effet, elle a assez de courage pour tenir droite sur deux pieds, sans flancher même quand le sol tangue sous ses pieds, elle fait souvent passer l’intérêt des autres avant le sien, surtout quand ceux-là sont proches d'elle. Elle essaye de son mieux pour faire plaisir à tout le monde, sa mère, son père, ses professeurs, ses amis et souvent elle s'oublie. Mais elle vit dans sa routine confortable et quotidienne et se dit que ça lui suffit. Se lever tout les jours et faire la même chose à une heure précise, c'est ce qu'elle appelle avoir une vie sereine et heureuse. Parce que tout ce qu'il lui faut, c'est un semblant de sécurité et de bonheur autour d'elle pour que ça aille bien et le reste passera parce que rien n'est grave.
» Rosalie n'a jamais vraiment été très sportive, en fait elle a toujours été plutôt maladroite et doté d'une santé peut-être un brin trop fragile pour supporter des activités un peu extrêmes. Néanmoins elle a fait de la danse classique depuis toute petite et depuis n'a jamais arrêté, c'est une ballerine talentueuse et extrêmement élégante. Une souplesse dont elle ne fait pas preuve dans la vie de tout les jours mais qui s'affirme en elle dès qu'elle met ses souliers et s'élance sur scène. Mais aujourd'hui, le magnifique petit cygne blanc c'est transformé en cygne noir, son côté obscur prend le dessus et elle se retrouve a partir bien loin de ce qu'elle était auparavant. La danse, les études, la famille, tout cela semble si lointain désormais. Comme quand on se réveille subitement d'un rêve qui a duré à peu près vingt-trois ans, pour découvrir la vraie vie, et tout les problèmes qui l'accompagnent. Rosie n'arriverai sans doute plus jamais à être ce qu'elle était. Danser ? Elle ne sait plus le faire, elle pourrait peut-être réapprendre, un jour, comme elle essayerai de réapprendre à vivre. Mais pour l'instant, cette partie d'elle même reste dans un coin, tel un brouillon qui a besoin d'être réécrit.
»
»

public knowledge
mise en situation rp




❝ I loved her
not for the way she danced with my angels,
but for the way the sound of her name
could silence my demons. ❞


C'est l'histoire d'une vie, d'un amour corrompu, d'une fleur fanée trop tôt, et d'une mort soudaine qui a tout emporté sur son chemin. C'est l'histoire d'un début, puis d'une fin. Une histoire qui n'a pas connu de milieu, seulement un prologue puis une chute. Une chute qui fut des plus brutales, parce qu'on croyant s'élancer et s'épanouir, Rose est retombée brusquement et à l'envers, écrasée au sol, à un point de non retour. Rose, c'est la jolie fille aux yeux vides assise là-bas et qui ne dit rien. Elle fixe le mur d'un air désintéressé et elle pense. Elle pense que sa vie a commencé quand elle l'a rencontré et s'est terminée quand il est mort. Elle pense qu'elle aurait aimé lui dire encore plein de choses. Des choses qu'elle n'a encore jamais dite et qu'elle ne dira maintenant jamais. Elle pense que ce jour là,  elle aurait dû elle aussi quitter ce monde avec lui, pourtant elle est encore là, à son plus grand regret. Elle pense à ce moment là, cette fameuse nuit quand debout, entre les barreaux en fer de la rambarde du pont, habillée seulement de sa robe d'hôpital bleue, à hurler comme une folle tout ce qui lui passait par la tête mais pas tout ce qu'elle avait sur le coeur, elle y a songé. Songer à mettre fin à ses jours. Elle avait vingt ans depuis un jour à cet instant là, vingt ans et incroyablement froid. Pas parce qu'elle était quasiment nue et que nous étions en février, que le vent soufflait fort et qu'il pleuvrait certainement dans quelques instants. Non, elle avait juste froid parce qu'il n'était pas là, elle avait froid parce qu'il était si loin, très loin, trop loin. Elle ne se rendait pas encore compte qu'elle ne le reverrai plus jamais, que ses doigts n'effleureront plus les siens, que sa voix ne parviendrait plus à ses oreilles, non il était beaucoup trop tôt et Rose sans s'en rendre compte était encore dans le déni. Mais elle n'arrivait quand même pas à empêcher les larmes de couler de ses yeux sur ses joues. Au fond, elle savait que c'était terminé, qu'elle l'avait perdu lui en même temps que leur vaine bataille. C'était fini. Une petite voix lui chuchotait ces deux mots doucement et constamment. Elle se dit alors qu'elle devenait probablement folle, folle. Mais elle n'était pas folle, elle était juste perdue et triste et en colère. En colère d'avoir aimé, d'avoir souffert, d'avoir perdu, de l'avoir perdu, en colère contre elle même et contre lui et contre le sort qui n'a jamais été en leur faveur, en colère contre le destin, en colère contre les cieux, mais surtout, surtout, en colère contre sa propre petite personne.




✩ their lips brushed like young wild flowers in the wind.

• • • • • •


« Mais où diable es-tu Rosalie ? Tu m'as promis d'y aller avec moi, ce n'est pas le moment de changer d'avis, tu m'entends ?» « J'arrive, j'arrive. Promis Ana, je dois juste enfiler mes bottes et je te retrouve au coin de Madison and 5th.» Rose n'avait en aucun cas envie de rejoindre sa seule et meilleure amie Ana à cette fameuse fête estudiantine organisée par deux ou trois garçons populaires de terminale dans leur lycée. Mais elle avait promis. Malgré elle, certes et avec les cris de colère de son amie Ana. Mais une promesse restait une promesse et Rosalie était une fille de parole. Habillée de sa seule robe noire, qu'elle avait d'ailleurs achetée pour se rendre aux funérailles de la grand-mère de sa voisine Helen, elle enfila à toute vitesse sa veste en cuire et ses bottes doc martens puis sortit de chez elle, non sans dire au revoir à ses parents, qu'elle savait réticents à l'idée de voir leur fille aînée sortir un soir de vendredi. Mais les notes de Rose jusque là étaient irréprochables, et ni George Carstairs, ni Molly n'eurent leur mot à placer quant à ce revirement soudain de situation. Car il était bien connu que Rosalie ne sortait jamais le soir, que ce soit un vendredi ou un autre jour de la semaine. Elle préférait, en effet, rester chez elle, au chaud et étudier ou lire un bouquin. « Enfin, tu es là ! J'ai cru que jamais tu n'arriverai ! » « Désolée j'ai dû prendre un peu plus de temps que prévu pour me préparer.» « Moi qui croyait que tu étais ponctuelle, tu me déçois Rose.» Ana éclata de rire après avoir longuement froncée des sourcils pour ponctuer sa remarque sarcastique. Puis poussa doucement d'une petite frappe sur le dos son amie Rose qui vacilla dangereusement avant de retrouver son équilibre. Il fallait savoir que Anabeth et Rosalie se connaissaient depuis leur plus jeune âge, et que malgré leurs deux personnalités complètement différentes, elles ont toujours été les meilleurs amies du monde. Ana étant la plus rentre-dedans de leur duo, extravertie, délurée, je-m'en-foutiste et Rosalie étant la plus calme et la plus effacée. Les personnes de leurs entourages respectifs se questionnaient toujours sur le pourquoi du comment elles ont toujours été aussi proche et indissociables, alors que dans d'autres circonstances, elles auraient très certainement été les pires ennemies du monde. Et personne n'a jamais eut la réponse, parce que mêmes elles ne savaient pas. Elles étaient amies et puis c'est tout. En plus, Anabeth pouvait avoir tout les beaux garçons qu'elle souhaitait sans avoir de problèmes avec sa meilleure amie, sans avoir à se disputer avec elle ou sans qu'aucune d'elle ne pique de crise de jalousie. Parce que si Ana aimait beaucoup les garçons, Rosalie, elle, ne les aimait pas trop et cela arrangeait les deux côtés.  « Voilà nous sommes arrivées ! Ouuuh dis donc ce n'est pas Jace là-bas ? Je crois que je vais aller lui parler, je doit renouer deux trois liens avec lui, tu crois pas ? » « Quoi ? Non, attends, Ana, ne me laisse pas seule ! » « Détends toooooi, la vie est belle et tu es encore jeune ma Rose ! Tu n'as qu'à aller boire un truc ou danser ou quelque chose ! Et puis regarde y'a pleins de gars ici, je suis certaine que l'un d'eux te trouvera à son goût. Quoique tu devrais peut-être enlever ta jacket, il fait super chaud ici ! Allez tchuss ! » Et en lui faisant une petite bise sur la joue, Ana s'en alla vers Jace et Rose resta à debout au milieu de la salle à les regarder un instant, en pensant que dans un monde parallèle, ça aurait été elle à la place d'Ana, dans les bras de Jace. Et que dans un monde parallèle, elle aurait bu et elle aurait fait la fête comme tout les jeunes de son âge présent dans cette maison. Et que dans un monde parallèle, elle aurait appréciée la musique et elle aurait dansé comme une folle au milieu de la piste au lieu de penser que le son est trop fort et que cette musique n'a pas de mélodie. Mais au lieu de ça, elle n'a rien fait, elle n'a pas enlevé sa jacket et n'a pas sourit et n'a pas bougé, et elle s'est laissé emporté par la foule en chaleur, de droite à gauche et de gauche à droite pour se retrouver dans un balcon au deuxième étage de cette maison qui lui était inconnue, à contempler les étoiles.

- - - - - - - - - - - - -


« Qu'est ce que tu fais là toi ? La fête est finie depuis des lustres ! » Rosalie sursauta doucement au son de la voix masculine qui lui parla d'un ton sec. Puis, elle se retourna brusquement pour faire face à son interlocuteur qui se révéla être un jeune homme assez grand de taille, aux traits visiblement fatigués, et aux cheveux sombre. Elle pensa qu'elle l'avait déjà vue à mainte reprises dans les couloirs de son lycée et se souvint que c'était lui le garçon dont Ana n'arrêtait pas de parler. Celui qui était en terminale et qui ne portait pas très grand intérêt aux filles qui l'entouraient, à l'exception de quelques très rares "chanceuses" d'après son amie. « Euh, je .. je ne .. la fête est finie ? Je .. personne ne m'avait prévenu .. » Et c'était vraie, personne ne l'avait prévenu et Rosalie ne comprenait pas. Où donc était Ana ? Et pourquoi n'avait-elle pas fait attention à l'heure ? Maintenant qu'elle y pensait, cela devait faire un bon bout de temps qu'elle n'entendait plus de musique provenant de la grande salle où elle avait laissé son amie quelques instants auparavant, mais Rosalie avait seulement cru qu'ils faisaient une sorte de pause ou un truc dans le genre. Et puis, elle avait été tellement obnubilée par les étoiles qu'elle n'avait sans doute pas vu le temps passé. « On ne t'as pas prévenu, c'est donc ça ? » Le jeune homme qui l'avait abordé quelques instants auparavant s'esclaffa de rire, un rire aussi sec que le ton de sa voix, un rire sans joie, vide, forcé qui glaça le sang de Rosalie dans ses veines. Elle recula d'un pas alors que lui s'approcha de deux et Rose commença réellement à paniquer à l'idée de se retrouver seule dans cette immense maison avec ce garçon qu'elle ne connaissait que de vue, mais encore. Elle se demanda quelle heure était-il et si ses parents ne s'inquiétaient pas pour elle, elle se souvint avoir laisser son cellulaire chez elle pour ne pas se le faire voler au cas où la fête dégénérait, mais elle comprit à ce moment que c'était une faute qu'elle avait commise et que ce n'était pas un risque qu'elle aurait du prendre. Et puis si la fête est terminée, c'est qu'il doit n'y avoir plus personne. Mais pourquoi lui était encore là ? Est-ce que c'était sa maison ? Et si oui, où étaient ses parents ? S'ils étaient présents, ils n'auraient certainement pas laissé une aussi grande fête voir le jour. Avec drogue et alcool à gogos. Mais s'ils ne sont pas là, où sont ils ? Et si ils sont vraiment seuls, elle et lui, ne devrait-elle pas vite trouver la sortie et s'excuser avant que tout cela ne tourne au drame ? Oui, certainement, en plus il était plus âgée qu'elle et elle n'était pas très jolie. Ou du moins, c'est ce qu'Anabeth n'arrêtait pas de dire. Alors peut-être bien qu'elle ne risquait rien après tout, et puis Ana avait bien dit que ce garçon là ne fréquentaient que quelques filles, les plus riches et les plus belles, qu'il choisissait par ses propres soins. Et Rosalie, elle, n'était ni riche, ni belle, alors elle pourrait survivre. Oui, elle y arriverait, un peu de courage et puis voilà. Avec une confiance boostée et de l'espoir plein le coeur, elle releva sa tête après s'être rendue compte qu'elle l'avait baissé. Et regarda le jeune homme qui s'était dangereusement approché d'elle dans les yeux. Elle se rendit compte à cet instant, sous le reflet de la lune et des étoiles, qu'il avait les yeux verts. D'un vert ensorcelant et elle comprit pendant une fraction de seconde l'engouement de toutes ces filles à son égard. Puis, elle se reprit vivement en main et essaya de le repousser brutalement en déposant ses deux mains sur son torse mais en vain. « Écoutes, je me suis perdue et je me suis retrouvée ici à regarder les étoiles, j'ai un peu perdu la notion du temps mais c'est tout. Il n'y a pas de quoi en faire toute une histoire. Maintenant si tu veux bien, je vais retrouver la sortie et rentrer chez moi, alors s'il te plaît pousses toi du passage.» Elle essaya d'avoir l'air forte, indépendante et audacieuse. Un peu comme Ana. Mais elle n'était que Rosalie, et c'était une mauvaise actrice. Alors, il ne lui restait plus que de croiser les doigts derrière son dos et espérer que cela marcherait. Et à sa plus grande surprise, le garçon ne dit rien et se poussa lentement de son passage, lui évacuant la place pour qu'elle puisse sortir du balcon. Ce qu'elle ne fit pas dans un premier temps, encore sous l'emprise de la peur et du choc. C'était donc aussi facile que ça de convaincre un garçon ? Elle ne se posa pas la question deux fois et passa doucement devant lui en murmurant un merci maladroit.

- - - - - - - - - - - - -


Cela devait faire au moins quinze minutes que Rosalie tournait en rond dans le grand manoir qui avait servit quelques heures auparavant comme salle de fête à plusieurs étudiants de son lycée. N'ayant aucun sens de l'orientation, elle sortait d'une porte et entrait d'une autre ne trouvant toujours pas la sortie. Elle espérait secrètement tomber sur un téléphone portable pour appeler ses parents histoire qu'ils viennent la chercher mais en vain. Et puis de toute façon, elle ne savait même pas où elle était parce qu'elle avait rêvée éveillée pendant tout le trajet en taxi qu'elle avait fait plus tôt avec Anabeth. Son seul espoir résidait désormais en le fait de retrouver le garçon qui détenait cette maison et que Rose avait vu bon de fuir sans se rendre compte que c'était une erreur qu'elle avait commise et qu'elle aurait plutôt du lui demander de la guider vers la sortie et de lui appeler un taxi ou un truc dans le genre que les filles normalement demandent aux garçons, surtout quand ils sont beaux, riches et populaires. Mais Rosalie étant Rosalie ne se comporte jamais normalement avec les garçons, et de ce fait, elle se retrouve coincée dans une maison qui n'est pas sienne, dans le noir et dans la peur. Elle décida finalement de remonter les escaliers dont elle était descendue et de retourner dans le balcon pour espérer le retrouver pour lui demander de l'aide. Elle pensa que c'était comme se jeter directement dans la gueule du diable, mais après tout c'était mal de juger les personnes que l'on ne connaissait pas, simplement parce qu'ils sont contrariants et déplaisants. A son plus grand bonheur (ou malheur), elle trouva assis à l'endroit où elle-même était assise pendant toute la soirée, le dos contre le mur, les jambes recroquevillé contre son torse, les yeux contemplant le ciel. Et Rosalie se dit, qu'elle ne connaissait même pas son prénom et que c'est bizarre d'une certaine façon parce qu'Anabeth a du le lui répéter au moins une dizaine de fois mais elle ne s'en souvient pas. « Comment tu t'appelles ? » Elle se surprit elle-même à poser cette question à haute voix et avec un ton aussi confident. Ce qui n'était pas son habitude. Et puis zut, il était probablement trois heures du matin, elle n'avait pas à se soucier de ce qu'elle disait ou de ce qu'elle ne disait pas à une heure pareille. En plus, si elle devait lui implorer son aide, autant connaître son prénom. Le jeune homme apparût lui même surprit, par la soudaine apparition de Rosalie, ou par sa question. Elle ne le saura sans doute jamais. Mais il l'a regarda d'abord d'un air interloqué, comme s'il s'agissait d'une apparition. « Quoi ? » Avant qu'il ne reprenne ses esprits et qu'il ne se relève d'un geste hâtif, comme si il faisait quelque chose d'illégal. Mais regarder les étoiles, ce n'est pas illégal, non ?  « Tu fiches quoi encore là toi ? » lui dit-il en la scrutant d'un air dédaigneux. Mais Rose ne perdrait pas aussi facilement la montée de courage qu'elle avait gagnée, c'était la première fois qu'elle se sentait aussi audacieuse et confiante, alors autant se faire entendre au lieu de se faire crier dessus. « Comment tu t'appelles ? » lui répéta-t-elle une deuxième fois, debout dans l’encadrement de la porte du balcon. « Et en quoi ça te concerne ? » « Réponds moi d'abord. » « Écoutes petite, c'est à mon tour de te faire un joli discours bien enflammé. Tu vas prendre ton petit cul et ta veste en cuir et dégager de chez moi avant que je ne pète réellement un cable, compris ? » Colère était le seule mot qui pouvait décrire l'état où se trouvait l'inconnu aux yeux verts quand il agrippa violemment le bras de Rosalie en l'entraînant avec lui en dehors du balcon. « Descends les escaliers, deuxième porte à gauche, c'est la porte de sortie au cas où tu ne l'avais toujours pas trouvée. Et surtout ne reviens pas.» Et puis il tourna son dos, et s'engouffra dans une chambre au fond du couloir, claquant la porte derrière lui.

- - - - - - - - - - - - -


Rosalie se réveilla difficilement quand les premiers rayons de soleil caressèrent ses paupières encore fermées. Elle se retourna de multiples fois dans son grand lit avant d'ouvrir ses yeux brusquement, elle n'avait pas de grand lit. Elle se releva en position assise et écarquilla ses yeux à multiples reprises pour éloigner le sommeil et bien voir autour d'elle. Elle n'était définitivement pas dans sa chambre et ceci n'était définitivement pas son lit. Elle enleva la couverture blanche qui l'a recouvrait pour découvrir qu'elle était (heureusement) encore habillée de sa robe noire mais qu'elle n'avait plus sa veste en cuire ni ses bottines. Elle quitta le lit et se rendit compte qu'il faisait encore nuit en dehors, et que c'était une lumière provenant de la pièce d'à côté qui l'avait réveillé. Elle déduisit vis à vis de l'emplacement de la pièce que c'était la salle de bain et comprit qu'elle était encore dans le manoir. Elle se souvint en effet, avoir quitté l'immense maison après ordre du garçon aux yeux verts, mais qu'elle était tout de suite revenue en se rendant compte qu'il était beaucoup trop tard dans la nuit pour trouver un taxi, et qu'elle ferait mieux de dormir dans le salon, quitte à ce que ça soit illégal plutôt que de se faire violer dans les ruelles sombres et glaciales de portland, un soir de janvier. Par contre ce qu'elle ne comprenait pas, ou difficilement, c'était ce qu'elle faisait dans cette chambre qui clairement était à l'étage, sans aucune idée de l'emplacement de sa veste et de ses bottines pour qu'elle puisse déguerpir de là le plus vite possible. Elle sortit du lit et se dirigea vers la pièce dont émanait de la lumière, poussant impulsivement la porte déjà entrebâillée pour le trouver lui, assis sur une chaise devant un bureau. Et la seule pensée qui lui venait en tête à cet instant là fut que cette pièce n'avait rien avoir avec la salle de bain. « Tu es réveillée ? » Il se retourne vers elle, les yeux rouges, les traits encore plus fatigués que la veille. Rosalie acquiesce, doucement. Elle ne comprend toujours pas ce qu'elle fait encore là, mais préfère ne rien dire pour l'instant. Lui non plus ne dit rien, ils restent comme ça à se regarder pendant un moment, avant que le ne se reprenne, comme la dernière fois. « Viens je vais te ramener chez toi. » Encore une fois Rose ne dit rien, de toute façon ce n'était pas une question qu'il lui avait posé. Alors elle traîne doucement derrière lui jusqu'au bas des escaliers. Lui, lui donne ses affaires et puis ils sortent de la maison. Le trajet en route et long mais silencieux à l'exception d'une brève discussion lors de laquelle Rosalie lui a donné les directions pour se rendre chez elle. Ni plus, ni moins. Elle pense qu'elle ne connaît toujours pas son prénom mais se dit que de toute façon, ils ne se reparleront sans doute plus jamais, alors à quoi bon le connaître lui ou son fichu prénom au final. Quand elle arrive chez elle, elle lui chuchote un merci puis sort de la voiture pour aller jusqu'à la porte de sa maison sous les rayons du soleil de ce petit matin. Lui s'en va et elle reste un instant à regarder le ciel en couleurs, rose, orange et mauve. Elle se dit qu'il doit être six heures du matin, un peu plus ou un peu moins. Elle ne sait pas ce qu'elle va dire à ses parents, ne sait pas ce qui s'est passé cette nuit là, mais pour la première fois dans sa vie, Rose n'en a rien à faire des conséquences de ses actes car elle a encore en tête sa rencontre avec l'inconnu aux yeux verts. Et au plus profond d'elle, elle sait qu'elle meurt encore d'envie de connaître son prénom.




✩ “I don't love you anymore", she whispered. "I don't love you at all." His throat closed. "It's all right, sweetheart. I love you enough for both of us.” .

• • • • • •


FLASHFORWARD - On est dimanche et le ciel est aussi gris que l'ambiance qui règne dans le cimetière. Rose porte sa petite robe noire, celle de la première fois où elle avait vu. Depuis le temps, elle en a acheté des autres, mais elle ne s'est pas résolue à se débarrasser de celle-ci, tout comme des souvenirs qui vont avec. Elle se dit que c'est peut-être le destin, que la mort de leur amour était prévu dès le premier jour où ils se rencontré, qu'elle n'aurait peut-être pas dû mettre une robe destinée à être porter lors des funérailles à une fête banale, mais elle l'a fait. Et aujourd'hui, elle se tient debout, à côté de sa tombe, se retenant de pleurer. Elle sent les regards des autres posés sur elle, le regard d'Anabeth, de sa soeur Jenna, de ses parents à lui et de ses parents à elle. Le regard de tout ces inconnus qu'ils l'ont connu et de tout les autres qui ne le connaissaient pas. Elle fixe sa tombe qui s’apprête à être enterrer dans la terre toujours humide par les averses de toute la semaine. Rose respire difficilement, elle essaye de ravaler la boule qu'elle a dans la gorge et qui la met mal à l'aise, mais elle n'y arrive pas. Le moment du discours approche et elle sait que tout le s'attend à ce qu'elle dise quelque chose, après tout ce qu'ils avaient, après tout ce qu'ils ont vécu, mais Rose s'est déjà qu'elle ne dira rien. Elle n'en est pas capable. Elle n'a rien à dire. Et puis de toute façon, qu'est-ce que ça changera si elle se prononce ? Ça ne lui rendra pas la vie, ni à lui ni à elle. De plus en plus de personne s'approche de lui pour lui souffler un dernier adieu, mais pas elle. Elle ne le lui dira pas parce qu'elle refuse encore que ce soit finit. Elle ne dira pas adieu parce que les adieux veulent dire que tout est terminé et elle voudrait que ça ne soit pas vrai. Les orages grondent et la pluie commence à battre en même temps que les sanglots de Rose qu'elle n'arrive plus à retenir. Elle se console en se disant que les cieux aussi doivent pleurer pour lui. On lui donne alors l'honneur de verser un peu de terre sur son cercueil, chose qu'elle fait maladroitement. Depuis qu'il est parti, Rose sent qu'elle s'éloigne à une vitesse vertigineuse d'elle-même, elle sent qu'elle se perd, qu'une partie d'elle est partie avec lui. Elle a soudainement la nausée, elle s'éloigne des autres personnes qui commencent à lui donner une impression d'étouffer, elle entend plusieurs personnes l'appeler mais leurs voix semblent si lointaine qu'elle aurait parfaitement pu les imaginer. Alors elle court, sans s'arrêter, elle court, court, court avant de s'affaler et de sombrer dans un total oubli de soi.


who plays the part ?
ce qu'il faut savoir sur toi


» Prénom : cosima
» Pseudo : none
» Âge : 19 ans
» Scénario ou personnage inventé : personnage inventé en 2010
» Des multicomptes ? aucun pour l'instant
» Impression sur le forum : rad af cause I made it
» Crédits : tumblr crackship
» Le mot de la fin :        
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
would it really kill you if we kissed?

MESSAGES : 76
WITH US SINCE : 15/01/2016
ART IS BY : jukebox joints (avatar)
IRL NAME : nina
MULTI ACCOUNTS : kora


GAME ON
VILLE NATALE : nyc
JOB : high school student
CARNET DE RELATIONS :

MessageSujet: Re: (come on skinny heart what happened here?) Mar 14 Juin - 20:38

elle est trop touchante ta rose
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SURVIVE OR DIE TRYING

MESSAGES : 41
WITH US SINCE : 08/02/2016
ART IS BY : brief moment of joy (avatar)
IRL NAME : seb


MessageSujet: Re: (come on skinny heart what happened here?) Mar 14 Juin - 20:43

notre lien va roxer, prépare ta gamine à souffrir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SURVIVE OR DIE TRYING

MESSAGES : 49
WITH US SINCE : 07/02/2016
ART IS BY : jukebox joints (avatar) tumblr (gifs)
IRL NAME : alice


GAME ON
VILLE NATALE : new york city
JOB : actor
CARNET DE RELATIONS :

MessageSujet: Re: (come on skinny heart what happened here?) Mar 14 Juin - 21:41

cosima
va falloir qu'on se trouve un lien je sens que mon raph va pas trop aimer ta rose
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
crazy psychotic rich bitch.

MESSAGES : 30
WITH US SINCE : 23/05/2016
ART IS BY : anarchy (avatar)
IRL NAME : isla


MessageSujet: Re: (come on skinny heart what happened here?) Mar 14 Juin - 21:44

bienvenue avec ta rosie cosima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
(leave all your loving behind)

MESSAGES : 23
WITH US SINCE : 26/04/2016
ART IS BY : glass skin (avatar) tumblr (signature et gifs)
IRL NAME : rina


MessageSujet: Re: (come on skinny heart what happened here?) Jeu 16 Juin - 0:14

NOTRE LIEN
barbie est trop jolie et ta rose est super touchante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
crazy psychotic rich bitch.

MESSAGES : 30
WITH US SINCE : 23/05/2016
ART IS BY : anarchy (avatar)
IRL NAME : isla


MessageSujet: Re: (come on skinny heart what happened here?) Jeu 16 Juin - 1:23

Lexis Ellis a écrit:
NOTRE LIEN
barbie est trop jolie et ta rose est super touchante

calmos
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SICK AND FULL OF PRIDE

MESSAGES : 45
WITH US SINCE : 18/06/2016
ART IS BY : golden blood, alice.
IRL NAME : chloé


MessageSujet: Re: (come on skinny heart what happened here?) Lun 20 Juin - 22:34

bonne chance pour ta fiche cosima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
things i wanted to say but never did

MESSAGES : 49
WITH US SINCE : 14/02/2016
ART IS BY : jukebox joints (avatar) tumblr (gifs)
IRL NAME : cosima


GAME ON
VILLE NATALE : beverly hills
JOB : actress/singer
CARNET DE RELATIONS :

MessageSujet: Re: (come on skinny heart what happened here?) Mer 22 Juin - 23:45

auto-validation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (come on skinny heart what happened here?) Aujourd'hui à 20:05

Revenir en haut Aller en bas
(come on skinny heart what happened here?)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Cadaver Heart
» Team : Heart of Rathalos (ouverte à tous)
» Skinny Max débarque sur le forum !
» Arcana Heart / Arcana Heart Full (pcb)
» ► You can't break... my heart ! • Olivia Wilde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AMERICANA :: we are the new americana-
Sauter vers: